Lyon-Vegan.com


Aller au contenu

LECTURE

.

Le Jaïnisme

Tout comme le bouddhisme, le jaïnisme est une philosophie possédant les caractéristiques d'une religion et prenant son origine sur le sous-continent indien.

Si la lignée des maîtres spirituels semble remonter au 10éme siècle avant notre ère, le mot "jaïn" (le vainqueur) est attribué à Vardhamana, Mahavira, le 24éme de cette lignée et engagé tout comme le Bouddha à répandre le concept d'ahimsa (non-violence) apparu dans les textes védiques à cette même époque c'est à dire vers le 6éme siècle avant JC. On ne sait pas exactement comment le concept d'ahisma s'est intégré au védisme mais l'interaction avec les enseignements jaïns pourrait en être une cause.

Tout comme de nombreux hindous, les Jaïns sont lacto-végétariens (ou végétaliens pour les moines et les nonnes) mais présentent la particularité de respecter au maximum les principes vitaux des plantes consommées en excluant tous les végétaux "racines" qui provoquent la mort de la plante et de nombreux insectes souterrains lorqu'ils sont extraits du sol.

Le régime Jaïn exclut de ce fait les pommes de terres, carottes, asperges, radis mais aussi tous les végétaux appartenant à la famille des choux (qui pourtant se développent au dessus du sol). Par contre la plupart des fruits sont autorisés tout comme les courges, melons etc...
On constate aussi que le véganisme devient de plus en plus la valeur de référence pour un certains nombre de Jaïns pour qui l'exploitation animale pour la production de lait n'est plus acceptable. Le "gee" (beurre clarifié), aliment emblématique de la culture religieuse indienne, est aussi graduellement remplacé par des alternatives végétales.

Dans la même optique de respect de la vie, les moines et les nonnes jaïns portent attention aux moindres de leurs gestes afin de ne pas tuer des petits insectes lorsqu'ils s'assoient ou marchent. Ils se couvrent aussi souvent la bouche et le nez avec un masque de coton pour les mêmes raisons.

-----------------------------------------------------



.
Les champignons : entre animal et végétal


Les champignons sont classifiés dans un des 5 groupes vivants sur notre planète et maintenant connu sous l'appelation "Fungi" venant s'ajouter aux règnes animal et végétal pour constituer le super-règne des Eukaryotes. Les 2 groupes restants ( les Prokaryotes ) regroupent de très petits organismes tels que les bactéries

ADN des champignons

Les recherches génétiques ont récemment constaté que les fungi, se rapprochaient plus des animaux que des végétaux des part leur "arbre généalogique" (si on peut se permettre cette image).... En effet le fungi tout comme les animaux appartiennent au sous-règne des Opisthocontes dont la différenciation (séparation par rapport aux végétaux) date d'environ 1 milliard d'années.

Concrètement, le point commun le plus singulier entre les animaux et les champignons se situe dans la présence de chitine, un composé chimique que l'on retrouve dans la carapace des insectes mais aussi des crustacés.

Absorption plutôt que photosynthèse

Pour les autres caractéristiques, on notera surtout que les champignons se nourrissent par absorption (décomposition) et non par ingestion en secrétant des enzymes qui vont en quelque sorte dissoudre et digérer les substances carbonnées (à base de carbone) se trouvant à proximité. Ce processus est facilité par les caractéristiques du mycélium, sorte de racine constituée de filaments.

Pour compléter le chapitre "digestion", il existe différentes modalités de cohabitation entre le champignon et sont environement pouvant aller de la simple cohabitation avec un végétal ou un animal jusqu'à une parfaite symbiose dans laquelle le champignon apporte ses réserves d'eau à la plante en échange de composants carbonés. Le cas du champignon parasite est aussi très courant et son alimentation se fait alors aux dépends de l'organisme qui l'héberge.

Champi et levures

Au niveau de la morphologie, le champignon peut prendre différentes formes ou être simplement mono céllulaire et très petit comme le sont les levures.

Pour les levures et tous les ferments consommés par les humains, cette longue histoire de vie commune est souvent ignorée et je citerais simplement une anecdote.

"il parait que Motta, l’historique fabricant de panettone milanais, faisait à une époque dormir ses patissiers dans une pièce spéciale, pret de leur levain, pour favoriser la synergie patissant-patissé" ( source http://www.completementflou.com )

On pourra conclure par cette citation passionante de Mary E. White (Earth Alive ! From Microbes to a Living Planet)

"Les champignons symbiotiques de type lichen sont parmi les premiers organismes à avoir colonisé la terre durant le Cambrien et l'évolution des plantes terrestres n'aurait sans doute pas été possible sans eux.

Crédit photo : Thomas Bresson license creative commons 2.0

-----------------------------------------------------

Préparer soi-même des farines végétales
On trouve de nombreuses sortes de farines dans les boutiques de produits biologiques mais les moudre soi-même présente de nombreux avantages

- Eviter les problèmes de conservation (oxydation)
- Disposer de farines non commercialisées (lin, lentille, tournesol...)
- Faire des économies
- Eviter de stocker en double les graines et les farines correspondantes.

Problèmes de conservation

Lorsqu'une graine est réduite en farine, des molécules d'air sont incorporées entre chaque grain de farine et cela génère rapidement de problèmes d'oxydation qui détruisent certains nutriments ou les modifient. Les graines oléagineuses sont particulièrement sensibles à l'oxydation mais c'est vrai aussi pour les céréales qui subissent une oxydation des vitamines. En préparant la farine juste avant de la consommer, on dispose des nutriments des graines intactes.

Disposer de farines non commercialisées

C'est un argument déterminant en faveur du fait-maison car on trouve difficilement de la farine de lentilles et pas du tout de farine de lin, tounesol ou fonio. (voir article précédent). De plus, on peut aimer une variété particulière de riz qui n'aura pas son équivalent commercialisé sous forme de farine.

Faire des économies

Une fois le prix de notre moulin à café amorti, on réalise des économies régulières et on n'a pas de vieux paquets de farine qui trainent et qu'on finit par jeter. Un moulin à café coûte une vingtaine d'euros en neuf et peut se trouver facilement dans les brocantes, sur le bon coin ou chez Emmaus pour quelques euros seulement.

Attention cependant car un moulin à café pourra moudre facilement du riz ou des lentilles qui sont des graines assez petites et pas très dures mais il faut absolument éviter les pois chiches ou les haricots sec qui vont casser la lame en se bloquant en dessous à pleine vitesse. Pour les flocons pois chiches il n'y a par contre aucun problèmes comme pour tous les flocons d'ailleurs. L'idée de moudre des algues sèches peut aussi être tentante mais il y a un risque de bloquer la lame et de surchauffer le moteur.

A éviter donc : pois chiches, maïs, haricots, pois cassés, soja

A moudre sans problèmes : riz, blé, tournesol, chia, fonio, millet, lin, lentilles, sarrasin, quinoa et tous les flocons.

-----------------------------------------------------

Comment augmenter radicalement nos apports protéiques ?
Le conseil le plus fréquent adressé aux végétaliens est d'associer les céréales et les légumineuses afin d'équilibrer les différents acides aminés constituant les protéines. C'est un conseil de base qui a tendance à faire oublier la variété des sources protéiques présentes dans les autres végétaux.

De plus, il est parfois difficile de concilier une période de régime crudivore avec des aliments qui réclament souvent une cuisson ou au minimum une germination. Finalement, la digestion des légumineuses peut poser des problèmes à certaines personnes et il est intéressant de disposer d'autres apports.

Dans cet article consacré
aux noix et aux graines oléagineuses, nous allons voir qu'il est possible de tirer parti de la richesse en protéines de ces aliments tout en diminuant (ou stoppant) notre consommation d'huiles.

Moins d'huile et plus de graines

Les huiles sont des aliments transformés qui nous privent de nombreux nutriments présents dans les graines et notamment des protéines dont la teneur est en moyenne de 20% et peut atteindre 26% pour l'arachide.

Ci dessous quelques graines et leurs apports respectifs (protéines puis lipides)

Tournesol 20% - 50%
Arachide 26% - 49%
Lin 18% - 42%
Sésame 17.7 - 49%
Amande 22% - 54%

Faisons des mathématiques :

Il est étonnant de constater que l'agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) recommande un apport en calories provenant à 35% ou 40% des matières grasses ce qui correspond à 700 ou 800 Kcalories d'origine lipidique pour une personne consommant 2000 Kcalories par jour.

Cette recommandation est globale et ne fait pas la différence entre acides gras saturés et insaturés et surtout est à adapter en fonction de chaque personne. On notera cependant que les végétaliens consomment peu d'acides gras saturés et n'ont pas trop à se soucier de la limite fixée à 10% de l'apport calorique totale pour ce type de graisses. Les acides gras saturés sont surtout présents dans les graisses animales mais aussi dans l'huile de palme ou de coco.

Pour les calculs suivants, nous allons nous baser sur un apport de 35% qui représente 700 Kcalories pour une personne consommant 2000 Kcalories par jour.

Sachant que chaque gramme de lipide pure apporte 9 kcalories, on en déduit facilement la quantité quotidienne moyenne à 77 grammes et on peut ainsi calculer le poids de graines correspondant.

Consommation quotidienne en respectant les maxima en lipides :

Tournesol 77*1/(50/100) = 144 grammes
Arachide 77*1/(49/100) = 157 grammes
Lin 77*1/(42/100) = 183 grammes
Sésame 77*1/(49/100) = 157 grammes
Amande 77*1/(49/100) = 142 grammes

Ce petit calcul nous a permis d'évaluer le poids de graines pouvant être consommé chaque jour tout en respectant les recommandations concernant les lipides et on pourra facilement trouver l'apport protéique de ces quantités de graines.

Apports quotidiens en protéines correspondants

Tournesol 144*(20/100) = 28.8 grammes
Arachide 157*(26/100) = 40.8 grammes
Lin 183*(18/100) = 32.9 grammes
Sésame 157*(17.7/100) = 27.7 grammes
Amande 77*(22/100) = 31.2 grammes

Ces résultats sont très élevés et montrent que supprimer (ou diminuer) notre consommation d'huile pour la remplacer par des graines permet d'augmenter de façon radicale nos apports protéiques.

Attention toutefois a prendre ces chiffres uniquement comme des indicateurs à adapter en fonction des autres apports présents dans l'alimentation et des particularités de chaque individu.

Dans un prochain article, nous allons voir comment incorporer facilement ces graines dans l'alimentation, et notamment en les réduisant en poudre.

-----------------------------------------------------


8 Décembre 2015 :

Dans quelques jours le webzine de Lyon-vegan proposera des articles et des infos sur les thèmes de la nutrition, le militantisme, l'information locale et tout autre sujet pouvant nous intéresser.

-----------------------------------------------------


06 Septembre 2015 :

Création de Lyon-vegan.com le site d'information
de la région Lyonnaise pour les véganes, végétaliens, végétariens et toutes les personnes souhaitant découvrir ce mode de vie et de pensée.

RESTAU | AGENDA | SERVICES | SHOPPING | ASSOS | LECTURE | CONTACT | Plan du site




Retourner au contenu | Retourner au menu